PARINIRVANA NAMTRUL RINPOCHÉ (12ème jour du 9ème mois lunaire Tibétain)

PARINIRVANA NAMTRUL RINPOCHÉ

PARINIRVANA NAMTRUL RINPOCHÉ

EVENEMENT SPECIAL Tout public

samedi 05 novembre
00:00 – 00:00
Activité guidée par un pratiquant expérimenté disciple de Do Khyentsé Rinpoché

PARINIRVANA

Le Parinirvana est un terme sanscrit utilisé pour désigner la mort d'un être qui s'est libéré du samsara, du karma et de la renaissance.
Du point de vue bouddhiste, lorsque les gens ordinaires meurent, le karma non résolu de chaque personne passe à une nouvelle renaissance instantanément ; et ainsi l'héritage karmique renaît dans l'un des six royaumes du samsara. Cependant, lorsqu'une personne atteint le nirvana, elle est libérée de la renaissance karmique. Quand une tel être meurt, c'est la fin du cycle de renaissance, le samsara et le karma. Un maître peut reprendre renaissance dans le samsara pour aider les êtres, à l'inverse des êtres ordinaires ce n'est pas une renaissance poussé par le karma mais par les souhaits et le pouvoir d'aider les êtres.

Le Parinirvana du maître est un moment dès plus important pour le disciple. Etablir un lien de maître à disciple est le cœur de la voie du vajrayana. Lorsque ce lien est pur, un amour et une reconnaissance hors du commun pour le maître jaillit de notre esprit et nous nous sentons unis en permanence avec lui.

Ce moment est l'occasion de témoigner notre gratitude et notre foi envers le maître. C'est un moyen puissant pour rassembler des énergies positives à travers toutes sortes d'offrandes (fleurs, lampes, encens, offrandes de nourriture ) et pour purifier les "samayas" liens sacrés qui ont été créé avec le maître à travers différentes transmissions, enseignements, loung ou initiations.

Namtrul Rinpoché était un très grand maître du Dzogchen et un des principaux maître de DoKhyentsé Rinpoché. Même si nous n'avons pas créé de lien direct de maître à disciple avec lui dans cette vie, étant relié à Do Khyentsé Rinpoché, nous possédons ce lien de la bénédiction de la lignée. En effet, lorsque nous nous relions à un maître, nous nous relions à toute sa lignée spirituelle depuis Guru Rinpoché.

NAMTRUL RINPOCHÉ

Namtrul Rinpoché Jigmé Phuntsog, communément appelé Namtrul Rinpoché, est né en 1944 (l’année du singe de bois), le dixième jour du mois. Il est aussi connu sous le nom d’Orgyen Namkha Lingpa.

Son père était Pouchong Namlo dont le lignage remonte à la lignée royale Mougpo Dong (Dong était une des tribus originelles du Tibet). Sa mère portait le nom de Gétsé Zadrog Kyi.

Sa naissance avait été prophétisée de nombreuses fois et dans de nombreux termas ou « trésors spirituels » (voir La lignée Nyingmapa). Bien qu’il fut reconnu principalement comme l’incarnation de Namkhai Nyingpo, de nombreuses émanations lui furent associées, celle d’Apang Tertön Orgyen Trinlé Lingpa, le père de Taré Lhamo, décédé en 1945, celle de l’abbé de Pel Nyenloung Thekchen Chökhor Ling, et également la réincarnation de Shouchen Namtrul Ösel Rigpai Dorjé, par des maîtres aussi réputés que Jamyang Khyentsé Chökyi Lodrö ou Bairo Mingyour Yéshé Dorjé.

Parmi ses principaux maîtres spirituels, il y a Séra Yangtrul Rinpoché, Kenchen Jigmé Phuntsog, Kyabjé Lama Rigzin Nyima, Shouchen Phendé Chökyi Nyima.

Dès son plus jeune âge, il montra énormément de compassion envers les êtres et ne supportait pas que les enfants tuent des insectes, à tel point qu’il en éclatait en sanglots. Il eut également de nombreuses visions de Samanthabadra (le Bouddha originel) et de déités comme Manjoushri ou Guru Rinpoché.

Il apprit la lecture à l’âge de sept ans sous la direction de son oncle. Une histoire raconte qu’il devait continuer à travailler la lecture pendant l’absence de son oncle. Son oncle apprit à son retour qu’il n’avait pas étudié et le réprimanda. Dès le lendemain matin, Namtrul Rinpoché, récita par cœur et sans hésitation, un terma de Karma Lingpa, à la stupéfaction des gens présents.

A l’âge de huit ans, Shouchen Phendé Chökyi Nyima le prit sous sa tutelle. Lorsqu’il n’avait que neuf ans, alors que sa mère était venue lui rendre visite, il eut la prémonition et informa sa mère, qu’elle allait bientôt mourir ; ce qui arriva quelques jours plus tard. Il se chargea lui-même de l’introduire au powa, «le transfert de la conscience».

Les années suivantes, il eut de nombreuses visions de Guru Rinpoché, et révéla de nombreux termas de Guru Rinpoché et de Manjoushri. A treize ans, il fût ordonné au monastère de Tagtsé Samdroub Chökhor Ling et Shouchen Phendé Chökyi Nyima l’accepta non seulement comme disciple, mais en fit le détenteur de ses enseignements. En 1960, alors que la famine faisait rage, Yéshé Tsogyal lui indiqua qu’elle serait toujours auprès de lui.

En 1966, il rencontra Lama Rigzin Nyima, et le perçu de suite sous l’aspect de Vajradhara, protecteur du monde. C’est Lama Rigzin Nyima qui lui révéla ses différentes incarnations et fit un rêve concernant Namtrul Rinpoche lui amenant un terma ; ce qui arriva le lendemain.

Par la suite, à plusieurs reprises, il eut des visions et des indications lui indiquant que Taré Lhamo et lui étaient liés depuis de nombreuses vies. Bon nombre de termas prophétisaient l’âge auquel Namtrul Rinpoché allait rencontrer sa future consort Taré Lhamo et les grands bienfaits qui en découleraient. Il s’ensuivit alors une correspondance entre eux deux et une première rencontre eut lieu. Leur union se réalisa à la fin des années 70.

Ils parcoururent alors le Tibet, allant de monastère en monastère, pendant une vingtaine d’années, donnant initiations et enseignements, accomplissant des miracles, écartant de nombreux obstacles. Leur popularité augmentant à un tel point que plusieurs milliers de personnes se déplaçaient pour venir les rencontrer.

Namtrul Rinpoché Jigmé Phuntsog, a quitté son corps le 7 Novembre 2011, soit le 12e jour du 9e mois (rat) de l’année du lièvre de fer au cours du 17e rabjung pour le calendrier tibétain.

Le Tulku (réincarnation) de Namtrul Rinpoché Jigmé Phuntsog vit le jour le 24 janvier 2014. Son nom est Drimé Padma Benza. Il est le fils de Shitrul Tulku Lharsam.