PARINIRVANA KHENPO JIGMÉ PHUNTSOK

PARINIRVANA KHENPO JIGMÉ PHUNTSOK

PARINIRVANA KHENPO JIGMÉ PHUNTSOK

(15ème jour du 11ème mois lunaire Tibétain)

EVENEMENT SPECIAL Tout public

vendredi 06 janvier
00:00 – 00:00
Activité guidée par un pratiquant expérimenté disciple de Do Khyentsé Rinpoché

PARINIRVANA

Le Parinirvana est un terme sanscrit utilisé pour désigner la mort d'un être qui s'est libéré du samsara, du karma et de la renaissance.
Du point de vue bouddhiste, lorsque les gens ordinaires meurent, le karma non résolu de chaque personne passe à une nouvelle renaissance instantanément ; et ainsi l'héritage karmique renaît dans l'un des six royaumes du samsara. Cependant, lorsqu'une personne atteint le nirvana, elle est libérée de la renaissance karmique. Quand une tel être meurt, c'est la fin du cycle de renaissance, le samsara et le karma. Un maître peut reprendre renaissance dans le samsara pour aider les êtres, à l'inverse des êtres ordinaires ce n'est pas une renaissance poussé par le karma mais par les souhaits et le pouvoir d'aider les êtres.

Le Parinirvana du maître est un moment dès plus important pour le disciple. Etablir un lien de maître à disciple est le cœur de la voie du vajrayana. Lorsque ce lien est pur, un amour et une reconnaissance hors du commun pour le maître jaillit de notre esprit et nous nous sentons unis en permanence avec lui.

Ce moment est l'occasion de témoigner notre gratitude et notre foi envers le maître. C'est un moyen puissant pour rassembler des énergies positives à travers toutes sortes d'offrandes (fleurs, lampes, encens, offrandes de nourriture ) et pour purifier les "samayas" liens sacrés qui ont été créé avec le maître à travers différentes transmissions, enseignements, loung ou initiations.

Khenpo Jigmé Phuntsok était un très grand maître du Dzogchen et un des maîtres de DoKhyentsé Rinpoché. Même si nous n'avons pas créé de lien direct de maître à disciple avec lui dans cette vie, étant relié à Do Khyentsé Rinpoché, nous possédons ce lien de la bénédiction de la lignée. En effet, lorsque nous nous relions à un maître, nous nous relions à toute sa lignée spirituelle depuis Guru Rinpoché.

KHENPO JIGMÉ PHUNTSOK 

Khenpo Jigmé Phuntsok (1933-2004) était un tertön incroyablement influent et remarquable. Il est devenu l’un des professeurs les plus connus au Tibet et a été un leader éminent dans la renaissance du bouddhisme après la destruction chinoise. En plus de cela, il a révélé de nombreux trésors de terma à travers l’Asie, souvent devant des foules. Il était un praticien dévoué et discipliné et a donné à ses disciples un exemple inspirant de la façon de développer avec diligence leurs capacités.

Il est né dans une famille nomade de la région de Golok Serta au Kham, dans l’est du Tibet. À sa naissance, il a montré divers signes de sa capacité, notamment en récitant immédiatement om a ra pa tsa na dhi , le mantra de Mañjuśrī. Ses récitations de ce mantra totaliseraient plus de 13 milliards tout au long de sa vie.

À l’âge de cinq ans, il a été reconnu comme la réincarnation de Tertön Lérab Lingpaet est entré au monastère de NubzurLà, il a reçu l’ordination de Khenpo Sonam Rinchen à l’âge de neuf ans. Au début de son adolescence, il a commencé à révéler divers trésors de terma et a ressenti une dévotion intense aux enseignements Dzogchen. Priant intensément Mipham Rinpoché, le grand maître apparut à Khenchen Jigmé Phuntsok dans une vision et lui accorda la bénédiction d’expérimenter la nature de l’esprit à l’âge de quinze ans.

Au cours des années suivantes, il reçut des enseignements et des instructions de nombreux maîtres. De dix-huit à vingt-quatre ans, il a étudié intensivement avec son principal professeur racine, Khenchen Thupten Chöphel, à Changma Gar, recevant de lui l’ordination complète à l’âge de vingt-deux ans. Deux ans plus tard, il fut intronisé en tant qu’abbé du monastère de Nubzur.

En 1959, malgré l’oppression croissante de l’Armée populaire de libération, Khenchen Jigmé Phuntsok est resté au Tibet oriental. Pendant les vingt années suivantes, il a continuellement échappé aux autorités chinoises et a erré secrètement à travers Serta avec sa sœur. Il a continué à enseigner et à pratiquer la méditation Dzogchen avec quelques-uns de ses étudiants les plus proches. Sa capacité à éviter la capture pendant cette période est devenue légendaire et sa renommée a continué de se répandre. Pendant ce temps, Khenchen Jigmé Phuntsok a pratiqué le commentaire Dzogchen de Mipham Rinpoché, Une lampe pour dissiper les ténèbres. Sa pratique consistait à réciter un mala de la prière de supplication de Mipham Rinpoché suivi de la récitation des quatre sections du commentaire. Après avoir terminé cent supplications et une récitation de texte, il recommençait. Il a complété cette pratique plus de 100 000 fois, totalisant 10 000 000 récitations, en plus de faire les préliminaires. C’est grâce à cette pratique qu’il a acquis une reconnaissance complète de la nature de l’esprit et il a montré à ses étudiants comment pratiquer correctement avec diligence.

En 1980, il a commencé à construire des huttes de retraite en terre avec quelques-uns de ses plus proches disciples dans une vallée inhabitée qui abritait autrefois l’ermitage de Tertön Dudjom Lingpa vers 1880. Ce fut la fondation de Larung Gar qui est devenue l’une des institutions bouddhistes les plus importantes et les plus influentes au monde. Le succès de Larung Gar est né de l’incroyable capacité d’enseignement de Khenchen Jigmé Phuntsok. Il était non seulement sage et compatissant, mais aussi captivant. Les gens ont apprécié ses enseignements et ont été inspirés par sa présence car il avait toujours de nouvelles choses à partager grâce à sa richesse d’expérience et de visions. En raison de sa vertu, de son dévouement et de sa capacité étonnante, plusieurs milliers de moines et de nonnes, qui ont maintenu la discipline monastique selon le Vinaya, ainsi que de nombreux étudiants de Mongolie, de Chine et d’autres pays, sont arrivés à Larung Gar pour étudier avec Khenchen Jigmé Phuntsok.

Pendant tout ce temps, il a continué à révéler des trésors de terma et à avoir des visions. Une révélation miraculeuse s’est produite à Larung Gar devant une foule de 10 000 moines, nonnes et laïcs. Khenchen Jigmé Phuntsok est venu devant le temple principal à trois étages avec sa sœur, sa fille et d’autres lamas. Sous les yeux de tous, il entame une danse gracieuse et joyeuse. Il a fait trois fois le tour de sa main visiblement vide et au dernier tour, un gros œuf blanc est apparu dans sa main. Plus tard, il a ouvert l’œuf et à l’intérieur se trouvait un texte en langue ḍākinī. Chaque syllabe ravivait de vastes quantités d’enseignements déjà présents dans son esprit de sagesse. De nombreuses fois, il révélait des trésors et disait à ses disciples de les enregistrer car c’était le seul moyen de capturer ses enseignements car il parlait si vite.

En 1987, il a fait un célèbre pèlerinage avec des milliers de ses étudiants sur la montagne aux cinq sommets appelée Wǔtái Shān en Chine. Dans une vision de Mañjuśrī, on lui avait dit que ce pèlerinage profiterait à tous les êtres et au bouddhisme. Il est resté dans des grottes et d’autres lieux sacrés et a composé de nombreuses chansons de réalisation ( doha ) pendant son séjour. Il a donné des enseignements à de nombreuses personnes (parfois avec des foules diverses atteignant plus de 10 000 personnes) lors de ce voyage, y compris des enseignements qui ont aidé ses disciples chinois à établir des liens plus profonds avec le bouddhisme tibétain.

À la demande du Panchen Lama Chökyi Gyaltsen, Khenchen Jigmé Phuntsok s’est rendu à Pékin en 1988 et a donné des enseignements de toutes les grandes traditions bouddhistes à l’Académie supérieure bouddhiste. Par la suite, il partit en pèlerinage avec le Panchen Lama et révéla de nombreux trésors de termas.

En 1990, il a été invité à se rendre en Inde pour donner des enseignements à Sa Sainteté le Dalaï Lama et à Penor Rinpoché. Lors d’un voyage en Inde, il a révélé de nombreux trésors de terma laissés par Gourou Rinpoché et Yeshé Tsogyal au Népal. Il avait des liens étroits avec Gourou Rinpoché, Mipham Rinpoché et son maître racine Khenchen Thupten Chöphel. Ces grands maîtres et les dharmapālas lui ont donné à plusieurs reprises des conseils dans des visions et des rêves sur l’avenir et sur la manière d’apporter le plus d’avantages aux autres.

Il a continué à voyager beaucoup, donnant des enseignements et des initiations, jusqu’à ce qu’il décède à Chengdu à l’âge de soixante et onze ans le 6 janvier 2004. Dans son testament final, il a demandé à ses disciples de ne pas chercher sa réincarnation, mais de pratiquer comme il l’avait enseigné. .

Dans les instants qui ont précédé son décès, le conseil de son cœur était :Ne perdez pas votre propre chemin.
Ne dérangez pas l’esprit des autres.

Khenchen Jigmé Phuntsok