UN TERMA

« Terma » signifie, trésor spirituel en tibétain.

Dans la tradition Nyingma du Bouddhisme tibétain, il y a plusieurs lignées de transmission et les deux grandes sont la lignée longue dite « kama », et la lignée courte dite « terma ».

Guru Rinpoché, Padmasambhava a transmis des enseignements par ces deux lignées, la première étant plus habituelle tandis que la seconde évite certaines détériorations des enseignements dues aux âges qui sont traversés et donc il a caché des trésors spirituels « terma » dans la terre (satèr), dans le continuum de ses 25 disciples proches (gongter) etc…

Les émanations de ces disciples sont des découvreurs de trésors (terteun). Ces termas ne sont pas uniquement des textes, mais il y a aussi des statuettes, des objets, des pilules etc.

Il y a en général un terteun qui découvre un terma, et un autre qui doit le traduire car ils sont protégés par les dakinis et les gardiens du Dzogchen et sont écrits en général en dayik, la langue sacrée des dakinis.

Il est donc possible de découvrir encore récemment des termas qui sont des enseignements directs, des bénédictions, de Guru Padmasambhava, qui n’ont pas eu à traverser les siècles et qui ont pu être donc conservé malgré les aléas de l’Histoire.

Les pratiques provenant des termas possèdent un puissant pouvoir spirituel.