OFFRANDE DE NOURRITURE
« LA TSOK »

L’offrande de tsok, est un moment de fête entre les pratiquants autour d’un partage d’offrande de nourriture.

Chaque mois il y a deux jours, le 10e et le 25 e  jour du calendrier lunaire Tibétain (voir calendrier) au cours desquels il est particulièrement important pour les pratiquants d’effectuer une offrande de tsok.

Le 10e  jour, cycle de la lune montante correspondant à l’aspect masculin, a lieu l’offrande de tsok à Padmasambhava  et le  25ème jour, cycle de la lune descendante correspondant à l’aspect féminin, a lieu l’offrande de tsok à Yéshé Tsogyal.

Le mot tibétain tsok fait référence à un rassemblement. C’est le rassemblement des yogis et yoginis, les pratiquants des mantras secrets, qui viennent célébrer le Yidam (voir pratiquer une divinité).

Description :

Au début de la pratique on dispose des plateaux d’offrandes de nourriture (gâteaux, fruits etc.) et des boissons (jus de fruit) amenés  par les participants  et qui sont offerts tout d’abord à l’assemblée des divinités.

Pendant les récitations, on imagine que les divinités consomment la tsok au travers de pailles de lumière, la bénissent et en aspirent l’essence qui correspond à la dévotion des pratiquants. Une fois bénie  par les divinités du mandala, ces offrandes se transforment en un nectar d’accomplissement. Ensuite les participants consomment à leur tour la tsok, avec respect et la conscience qu’il s’agit d’une médecine pour l’esprit.

Pendant l’offrande de tsok, il est très important de s’entrainer à percevoir le lieu comme le palais de la divinité, le maitre comme la divinité, les sons comme l’essence du son du mantra de la divinité et chaque pratiquant  sous sa forme déjà éveillé, daka pour les hommes et dakini pour les femmes. C’est ce que l’on appelle cultiver la vision pure.

Les bienfaits :

L’offrande de tsok  est un moyen habile puissant, pour accumuler des mérites (au travers des offrandes de nourritures que l’on offre), pour écarter les obstacles liés à notre pratique et purifier nos samayas. Les samayas sont les liens ou les engagements que l’on a créés avec son maître spirituel, les frères et sœurs de pratique, et notre yidam.